Links zum Text und die Möglichkeit, diese Seite weiterzusenden, finden Sie am Ende dieser Seite


Fokus
1/2.2014


 Christian Gonzenbach joue à construire, déconstruire et re-construire un rapport au corps humain et animal, au temps et à l'espace perceptuel par le biais de sculptures ou d'objets qui racontent leurs contradictions. Les gestes artistiques sont ­simples mais le résultat, étonnant.


Christian Gonzenbach - le tout et son contraire


von: Gauthier Huber

  
links: Louis Chevrolet, 2013, Acier inoxydable, 500x400x300 cm. Photo: Howard Brundrett
rechts: L'Herbier, 2012, Animaux taxidermisés à l'envers, aplatis, env. 40x60 cm chacun


Faire les choses en grand: un credo assez rare chez les jeunes artistes romands. La faute aux ateliers, aux espaces d'art trop petits dans les villes? La faute au marché, qui ne se lance dans la commercialisation des oeuvres de grandes dimensions que quand il s'agit de stars de l'art contemporain? Christian Gonzenbach ne s'en soucie pas: il travaille aussi bien pour les espaces intérieurs qu'extérieurs. Au parc de l'Ouest, à la Chaux-de-Fonds, il vient d'inaugurer l'installation d'un monument rutilant à la gloire de Louis Chevrolet, qui lui a été commandé par la célèbre marque automobile dans le cadre d'un concours international. Deux ans de travail confié à un atelier de Taipei, à ajuster et à polir de l'inox jusqu'à ce que le buste du grand homme, mort dans l'oubli, brille comme un miroir.

À l'envers
Un geste simple, quand il s'imprime dans la matière au croisement de la forme et de l'idée, qu'il permet un retour de l'une à l'autre en passant par d'innombrables et singulières modulations, déclinaisons, touche à la poésie et peut ainsi frapper au coeur même de nos certitudes. Les Nouveaux-réalistes se sont approprié la compression, l'accumulation, la destruction. On les imagine passer le plus clair de leur temps dans les décharges. Gonzenbach a eu l'idée de l'inversion: on l'imagine errer dans les miroirs. Prenez un buste, appliquez-lui un moule de silicone, puis retournez-le: vous obtiendrez un visage inversé. Les yeux, le nez, les lèvres en creux; le contour des orbites en saillie. Simple. Efficace. Moulez ensuite le résultat obtenu en inox, vous obtiendrez une masse... inversément fidèle au modèle initial?
C'est compter sans les caprices de la matière: le rendu de la sculpture dépendra, notamment, de l'épaisseur du silicone choisi lors de l'étape initiale. Il n'en demeure pas moins qu'un buste de Louis Chevrolet inversé, c'est un Louis Chevrolet que l'on peut regarder ‹du dedans›. L'espace alentour devient alors symboliquement une extension physique de la vie intérieure de ce génie de l'automobile. Le monde tient à l'intérieur du visage de Louis Chevrolet, dans la mesure où celui-ci s'est retourné pour le contenir. Mais à la surface de miroir poli se reflètent surtout la nature environnante, le ciel et les arbres, jusqu'à faire disparaître la lourde masse solidement posée sur son socle. Ce monument fait suite aux bustes classiques (de David à Hercule) de la série ‹Hcabneznog›, 2010-2012, ainsi qu'aux animaux empaillés à l'envers d'‹Eversions›, 2008.
Dans ces travaux-là, cependant, le geste de l'inversion était un peu parasité par un discours second, celui d'une certaine morbidité. Dans ‹L'Herbier›, l'aspect dégoûtant de la dizaine d'animaux de la forêt aplatis et fixés sur le mur de profil en une composition aérée passait mieux, car il s'atténuait au profit d'une belle idée: l'analogie de deux murs à angle droit avec les pages d'un livre ouvert. En oscillation entre le conte de Grimm et l'accident de dessin animé, ces silhouettes rigides devenaient davan-tage des signes que des corps, jouant la carte de la distanciation.

Géométrie de l'idée
Il y a une vingtaine d'années, une publicité pour une marque de jouets montrait un enfant, un marteau en bois à la main, introduisant de force une certaine forme géométrique en bois dans une ouverture prévue pour une autre forme. Cette nonchalante obstination, Christian Gonzenbach en témoigne dans son processus de travail. Quand il entreprit le chantier aboutissant à ‹Hval›, 2008, le moule d'une demi-baleine grandeur nature, il pensait d'abord mouler un dirigeable. Une première intuition déclenche souvent le processus de travail en atelier, mais le hasard des réactions de la matière, la qualité du rendu, peut inciter l'artiste à une remise en question de ses conceptions. Une démarche qui rappelle celle du bricoleur de Claude Lévi-Strauss, opposée à celle de l'ingénieur.
Le moulage initial des figures de la Sainte Cène de ‹Amitlu Anec›, 2012 (pièce exposée au Musée d'Aarau lors de l'exposition ‹La jeunesse est un art›, puis aquise par l'institution), n'avait pas donné le résultat escompté: les figures manquaient de qualités plastiques. Dans un geste de dépit, l'artiste a décidé alors de remouler l'ensemble des personnages, et après le démoulage, un petit miracle s'est produit: «En me glissant sous la vaste coque, j'ai eu soudain l'impression d'être à Lascaux, dans la peau du premier explorateur à découvrir un art totalement inattendu et fascinant.» Les personnages, en effet, dont certaines parties du corps apparaissent en creux et d'autres en saillies, évoquent une matrice étrange dans laquelle se décanteraient toutes nos idées reçues sur l'espace, la perspective et, finalement, la distinction entre présence et absence.
Ces mêmes gestes simples, Christian Gonzenbach les applique également à des objets ou des éléments naturels qu'il engage dans un nouveau débat symbolique. Le fameux test clinique de Rorschach, par exemple, est évoqué aussi bien par une série d'appareils ménagers aplatis ‹Skins›, ‹a Hunter's Collection›, 2001, que dans une série de dessins réalisés par des asticots de mouches ayant été trempés dans de l'encre, puis guidés dans leur parcours sur le papier ‹Mind Maps›, 2011. L'opération est documentée par une vidéo. Nature et culture sont, pour l'artiste, les deux pôles d'une dialectique qui prend en considération les propriétés matérielles de l'objet, mais également son sens symbolique, le geste - qui est lui-même à mi-chemin entre nature et culture - assurant une transition de l'un à l'autre. Un oeuf d'autruche sera par exemple cassé en plusieurs morceaux, puis recomposé sous la forme d'un crâne ‹Homo ab Ovo›, 2008, offrant une allégorie du passage de la naissance à la mort. Un lapin géant aux allures de doudou sera recouvert de vraies peaux de lapins ‹Great Stuffed Rabbit›, 2006.
Il arrive que certains travaux n'aillent pas au-delà d'un humour un brin potache, comme ce poulet présenté sur le modèle des jouets à monter soi-même ‹Chicken Kit›, 2002, ou ces cornichons humanoïdes contemplant d'autres cornichons à travers la vitre de bocaux ‹Gherkins Natural History›, 2005. Mais l'on sent chez Christian Gonzenbach une pensée vivante et sans complexe, un engagement permanent du regard dans les mystères de l'évidence, qui dénote un véritable esprit scientifique. Ses travaux, oscillant entre le macroscopique et le microscopique, sont d'abord des images, des concepts, des formules. Ils incarnent le double aspect transitif et allégorique des images dans les contes, quand le pas d'un géant se mesure à ses conséquences, et sont à ce titre comme autant de jalons destinés à la fois à une relecture critique de notre histoire culturelle et à l'élaboration d'hypothèses sur ce qui aurait pu se passer si tout avait été différent.
Gauthier Huber est journaliste indépendant, enseignant et artiste. gauthierhuber@hotmail.com


Bis: 16.03.2014


Christian Gonzenbach (*1975) vit et travaille à Genève

Expositions personnelles
2013 ‹Appareil Reproducteur›, Toshiba House, Besançon; ‹Icons Idols›, Galerie SAKS, Genève; ‹A Contrario, Musée des Beaux-Arts, La Chaux-de-Fonds
2012 ‹Occam's Razor›, Ferme-Asile, Sion; ‹Yocto Yotta›, Château Voltaire, Ferney Voltaire
2011 ‹Oligoneoptera›, Museo Cantonale d'Arte, Lugano (catalogue); ‹Les Échelles du Levant›, Palais Jacques Coeur, Bourges; ‹Holometabolic›, Galerie SAKS, Genève; ‹Zoonomia›, La Condition Publique, Roubaix (catalogue)
2010 Galerie Magda Danysz, Paris



Links

Anfang Zurück zum Anfang
Ausgabe 1/2  2014
Ausstellungen Christian Gonzenbach [04.10.13-16.03.14]
Institutionen Musée des Beaux-Arts La Chaux-de-Fonds [La Chaux-de-Fonds/Schweiz]
Autor/in Gauthier Huber
Künstler/in Christian Gonzenbach
Weitersenden http://www.kunstbulletin.ch/router.cfm?a=140108091501AUS-7
Geben Sie diesen Link an, falls Sie diesen Eintrag weitersenden möchten.