Links zum Text und die Möglichkeit, diese Seite weiterzusenden, finden Sie am Ende dieser Seite


Fokus
3.2016


 David Hominal entretient un rapport instinctif à l'art. Il ne s'agit pas de naïveté, mais d'un engagement spontané qui s'exprime d'abord dans sa peinture avant de s'aventurer vers d'autres mediums. Le long des cimaises du Musée Jenisch de Vevey se succèdent ses estampes tels des fragments de mémoire s'inscrivant dans l'ensemble de son oeuvre.


David Hominal - Estampes au Coeur d'une archéologie du souvenir


von: Séverine Cattin

  
links: S.t., 2014, lithographie trois couleurs sur Rives, 900x630 mm, éditeur: Société suisse de gravure, ­ Zurich; imprimeur: Thomi Wolfensberger, Graphische Anstalt J.E. Wolfensberger AG, Zurich, Musée Jenisch Vevey/Cabinet cantonal des estampes, collection de l'État de Vaud. Photo: Julien Gremaud
rechts: Lady Sings The Blues, 2011, lithographie sur vélin de Zerkall, 250x260 mm (image), 555x383 mm ­(papier), éditeur et imprimeur: École cantonale d'art, Lausanne, Musée Jenisch Vevey/ Cabinet cantonal des estampes, collection de l'État de Vaud, don de l'ECAL. Photo: Claude Bornand


Si l'artiste est reconnu avant tout pour sa peinture, celui-ci élabore son oeuvre ­comme un ensemble protéiforme allant de la sculpture à la vidéo et de la performance à l'installation. Son travail se caractérise par des associations libres mêlant souvenirs personnels, actualité et références musicales, chorégraphiques ou littéraires, qui lui inspirent des arrangements sans cesse nouveaux, à la fois profonds et humoristiques. Les différents mediums qui composent l'oeuvre de David Hominal répondent avant tout à son questionnement perpétuel sur les possibilités de développement de la peinture contemporaine et ses limites.
Pour son exposition au Musée Jenisch, l'artiste pluridisciplinaire présente pour la première fois l'ensemble de ses éditions. Sous la forme d'une rétrospective, ses estampes et multiples dévoilent un aspect plus discret de son travail. L'artiste a pourtant saisi très vite les avantages de ce moyen d'expression et s'en est servi pour réaliser des oeuvres d'art à part entière, fixant sur ses plaques certaines traces de vie, à un moment donné. Les éditions se définissent comme des pauses, des écarts, des moments méditatifs, des espaces de liberté que l'artiste s'octroie avec régularité. Devenant tour à tour signes, chiffres, lettres, traits, formes, paysages floutés et natures mortes, elles entrent en résonnance avec une installation inédite de l'artiste.

L'estampe comme extension de sa peinture
David Hominal est avant tout un peintre qui, comme il le dit lui-même, «fait des éditions par opportunisme». S'il considère en effet chaque invitation provenant d'éditeurs ou d'imprimeurs comme une occasion de réaliser une oeuvre, ses estampes et ses multiples forment d'abord le prolongement de sa peinture, partageant des préoccupations esthétiques similaires. Pour Hominal, elles représentent «un outil comme un autre» lui permettant de poursuivre ses recherches picturales à travers un autre medium. Si l'artiste interroge la peinture à travers ses éléments constitutifs traditionnels, comme la toile ou le châssis, celui-ci poursuit cette même quête à travers ses éditions, expérimentant les différentes techniques d'impression. Tandis que la peinture est fluide, l'impression marque, fige l'instant. «Ce qui me fascine dans l'édition, c'est son processus», explique l'artiste, qui apprécie notamment son aspect mécanique et séquentiel tout comme l'importance du medium graphique qu'il induit. «Je reviens au dessin», précise-t-il, «plus que du dessin, c'est prendre des notes. Je dessine, je fais des assemblages.» Ses premières estampes se définissent d'ailleurs par la transposition d'une technique à une autre, à l'instar de ‹Dead Line›, une sérigraphie réalisée en 2005 d'après un dessin à la mine de plomb. En véritable collectionneur de mots, Hominal déclinera ensuite ce terme de diverses façons jusqu'à fragmenter ses lettres en caractères typographiques, révélant leur dimension plastique et minimale. L'artiste, qui s'intéresse avant tout au langage, multiplie les arrangements formels. Comme l'explique Laurence Schmidlin, directrice adjointe du Musée Jenisch Vevey et commissaire de l'exposition, «les mots équivalent pour lui à des multiples. Les dessiner ou les graver sert à fixer sur le papier ce qui sature l'espace et l'esprit, ce qui fait sans cesse écho dans sa tête». À l'instar de ses slogans gravés en lettres capitales, «Fuck the world» ou «You'll never walk alone», qui véhiculent un langage percutant se référant à la culture pop américaine, «avec un sens de la répétition et de la redite propre au multiple», poursuit Schmidlin.

Déambulation libre entre figuration et abstraction
Riche en allusions, le langage de David Hominal s'illustre dans ses éditions par son sens très développé de la forme, tantôt scripturale, tantôt graphique ou géométrique. Avec sa sérigraphie sur vélin, ‹Sans titre›, 2010, composée de quatre cercles de couleur autour d'une croix, David Hominal s'inscrit dans une tradition de l'abstraction géométrique et notamment de l'art concret suisse. L'artiste s'est inspiré d'un cromalin, l'épreuve couleur destinée à la validation d'un document lors de l'impression, qui figure entre autres à l'intérieur des paquets de cigarettes. Plus loin, ce sont les vues de son atelier de Berlin qui inspire sa série de lithographies ‹Through the Window›, 2013. Des séquences plutôt figuratives qui semblent s'apparenter à des fragments de mémoire nocturne et floue. Tandis que pour ‹Lady Sings the Blues›, 2011, c'est une spirale plus abstraite composée uniquement de lettres de taille décroissante, au trait à la fois imparfait et délicat, qui rappelle son apprentissage de la technique lithographique. Parfois son trait se singularise.

Traces, mémoires d'un moment
Multiple et anarchique, il prend même de l'ampleur jusqu'à former des entrelacs énergiques de lignes rassemblées, comme pour ‹Sans titre›, 2010, une lithographie qui se caractérise par la nervosité fascinante de ses tracés. Porté par un même geste rapide et immédiat, son trait se transforme aussi en larges traces colorées qui semblent danser convulsivement sur le papier dans un excès de fougue intense, à l'instar de ses récentes sérigraphies, dont ‹Détail›, 2015. Le parcours reflète le goût certain de l'artiste pour l'expérimentation des différentes techniques d'impression, tout comme son attrait pour la diversité des sujets traités qui oscillent librement entre figuration et abstraction.
S'il existe une incertitude entre ce qui est contrôlé et ce qui semble ne pas l'être, chaque estampe, chaque multiple, de par sa thématique ou sa technique, nourrit à sa manière la quête picturale de l'artiste. Disposées dans trois salles du Musée ­Jenisch, ses éditions défilent dans l'exposition telles des flashbacks, des traces, des moments de mémoire. Débridées ou méditatives, d'apparence brute, voire artisanale, elles offrent un regard à la fois réflexif et inédit sur l'oeuvre de Hominal.
Séverine Cattin est historienne de l'art et curatrice. cattinseverine@gmail.com

Bis: 15.05.2016


David Hominal (*1976, Evian) vit et travaille à Berlin
1995-1997 École cantonale d'art du Valais, Sierre
2000 Diplôme en arts visuels, ECAL, Lausanne
2006 Prix Accrochages, Musée cantonal des Beaux-Arts, Lausanne

Expositions personnelles
2014 ‹½ Haehnchen, Pommes/Reis oder Salat›, Kamel Mennour, Paris
2013 Helmhaus, Zurich; ‹David Hominal›, Karma International, Zurich; ‹David Hominal›, Centre d'édition contemporaine, Genève
2012 Jonathan Viner Gallery, Londres
2011 The Swiss Institute, New York
2010 ‹Pour finir encore et autres foirades›, Kamel Mennour, Paris; ‹L'après-midi d'un faune›, Part I, Karma International, Zurich; ‹L'après-midi d'un faune›, Part II, Centre d'Art Contemporain, Genève; ‹David Hominal›, Office Baroque, Anvers
2009 ‹In Dubio Pro Reo›, Office Baroque Gallery, Anvers; ‹David Hominal›, Galerie Evergreene, Genève



Links

Anfang Zurück zum Anfang
Ausgabe 3  2016
Ausstellungen David Hominal [26.02.16-15.05.16]
Institutionen Musée Jenisch Vevey [Vevey/Schweiz]
Autor/in Séverine Cattin
Künstler/in David Hominal
Weitersenden http://www.kunstbulletin.ch/router.cfm?a=16022014561380Z-6
Geben Sie diesen Link an, falls Sie diesen Eintrag weitersenden möchten.